À PROPOS

Inspiré des lanternes magiques des siècles passés, qui projetaient des images peintes sur une plaque de verre à travers un objectif et ouvraient ainsi une fenêtre vers l’imaginaire, ce travail à la frontière du rêve et du réel est un accès vers le monde secret que chacun porte en soi. 

Fantasmes, amours, errances... Souvenirs de l’enfance, des lieux et des êtres disparus, chaque série de photographies est en soi un univers et l’ensemble des images pourrait ressembler à la psyché d’un être qui observe son existence,

à la recherche de sa mémoire perdue.

François Ferrier

"Je crois qu'on entend encore dans les entrées d'immeubles l'écho des pas de ceux qui avaient l'habitude de les traverser et qui, depuis, ont disparu. Quelque chose continue de vibrer après leur passage, des ondes de plus en plus faibles, mais que l'on capte si l'on est attentif."

Patrick Modiano / Rue des boutiques obscures

François Ferrier est un artiste pluridisciplinaire né à Paris en 1976.

Il se consacre à la peinture à l’âge de 23 ans, après des études de musique.

Initialement, son travail a pour thème la condition humaine. 

Les corps sont représentés nus, sans artifice, dans leur puissance et leur vulnérabilité. Ils évoluent aussi bien dans des perspectives minimalistes que dans des extérieurs à peine suggérés. En contrepoint de cette recherche sur le corps apparaissent des paysages épurés où l’homme n’est plus directement représenté mais existe par la trace de son passage: une route, un vestige architectural.
 

Au fil des années, ce travail sur le corps et l’espace s’oriente vers la photo et la vidéo avec des cycles de toiles conçus comme des films.

Chaque image devient un plan, un angle de caméra, et propose à celles et ceux qui regardent d'être pleinement acteurs du tableau.
 Cette recherche se poursuit aujourd’hui avec cette nouvelle série : La lanterne magique.

Un monde parallèle, à la frontière du réel, empreint de sensualité, d'onirisme et de mélancolie.